COVID-19 le groupe nutriset se moobilise

Avec la période du confinement et un arrêt de deux semaines, du 20 mars au 5 avril 2020, le site de production de Malaunay a dû s’adapter pour répondre en toute sécurité à une forte demande, explique Sébastien Decubber, directeur du Pôle exploitation de Nutriset. 

Questions à Sébastien Decubber, Directeur du Pôle exploitation de Nutriset

Comment l’usine du site de Malaunay, en Normandie, s’est-elle organisée dans la crise ?

Nous avons pris la décision d’arrêter la production du 20 mars au 5 avril afin de repenser notre organisation et de préserver la santé de nos opérateurs. Les stocks de sécurité nous ont permis d’honorer nos commandes et de préparer le redémarrage dans les meilleures conditions. Il fallait, en priorité, mettre en place un plan d’hygiène renforcé sur tout le site. L’usine a été décomposée en 9 zones avec un livret d’hygiène renforcé pour chacune. Toutes les mesures possibles ont été mises en place sans exception dès l’entrée sur le site (masques, gels, produits désinfectants, etc.). A l’époque il y avait une forte pénurie de masques et il y a fallu activer tous nos réseaux pour en récupérer. C’était une condition non négociable pour faire revenir nos collaborateurs. A leur retour il a fallu qu’ils reprennent leurs marques car le site avait bien changé avec beaucoup de signalétiques mises en place (affichage, marquages, dispositifs d’accueil particuliers…). Sept préventeurs hygiène ont été désignés pour assurer le respect des consignes. Il a fallu également s’assurer que l’hygiène des installations avait été maintenue pendant l’arrêt pour garantir la qualité des produits finis.

Pendant l’arrêt, les commandes des clients ont continué d’arriver et cela a accentué le rattrapage à prévoir au démarrage. Nous avons donc mis en place toutes les mesures possibles pour sécuriser tous nos approvisionnements pour les deux mois suivants le redémarrage. Après la sécurisation de l’hygiène et des approvisionnements, il a fallu aussi sécuriser les compétences. Nous avons fait appel à nos agences d’intérim. On a également consulté nos équipes administratives et techniques pour savoir qui était volontaire pour venir en renfort. Vingt-sept collaborateurs administratifs et techniques se sont portés volontaires. Sans cette mobilisation totale, on n’aurait pas pu redémarrer en pleine capacité. Il a fallu également s’assurer que nos prestataires en logistique puissent redémarrer et travailler les jours fériés et les week-ends. Je pense à XP LOG qui gère nos stocks au Havre et ATS notre transporteur qui assure toutes nos navettes entre l’usine et XP LOG. Sans la collaboration de nos deux prestataires, la chaîne était rompue. Heureusement les tensions logistiques liées notamment au risque de pénurie de containers restés en Chine, l’arrêt d’activité des ports, le blocage des frontières se sont apaisées progressivement et nous avons pu maintenir nos flux d’expéditions. Grâce à toutes ces mesures, l’usine a pu redémarrer sur un socle solide et pérenne.

Quel est aujourd’hui l’état de la demande de production ? Son organisation actuelle permet-elle l’agilité nécessaire ?

Dans le contexte actuel, nous avons la chance d’avoir une bonne activité commerciale, avec une bonne visibilité jusqu’à juillet. Il y a peu d’entreprises actuellement, en France, qui ont pu maintenir un tel niveau d’activité. L’hyper-agilité de toute notre chaîne des achats, approvisionnements, production, maintenance, qualité, hygiène, sécurité, stockage, transport, opérations, expédition a une fois de plus démontré que nous pouvions réagir dans des délais remarquables ! Les outils digitaux et collaboratifs, mis en avant par notre label « Vitrine industrie du futur », et surtout, l’engagement de nos collaborateurs nous ont aidés à gérer le Plan de continuité d’activité et nous adapter à cette nouvelle organisation.

 

"Je retiens aussi de ce moment inédit qu’une fois de plus, c’est souvent dans la contrainte qu’on est capable de relever des challenges qu’on n’imagine pas toujours en temps normal ! De même, nos collaborateurs ont pu démontrer encore une fois leur engagement et leur solidarité."

Sébastien Decubber, Directeur du Pôle exploitation de Nutriset

 

Quelles leçons tirez-vous de ce moment particulier ?

Cette crise sanitaire nous rappelle combien, finalement, nous pouvons être fragiles. Un simple virus peut mettre à terre, en quelques semaines, toute l’économie mondiale. Il est donc important de prévoir l’après-crise dans notre stratégie à cinq ans. Nous nous questionnons notamment sur notre organisation, notre Supply Chain, nos produits en développement, le pilotage de notre réseau de partenaires, les outils digitaux dont l’utilisation devait s’accélérer fortement. Je retiens aussi de ce moment inédit qu’une fois de plus, c’est souvent dans la contrainte qu’on est capable de relever des challenges qu’on n’imagine pas toujours en temps normal ! De même, nos collaborateurs ont pu démontrer encore une fois leur engagement et leur solidarité.